AMENAGEMENT PARCOURS CARROUSEL DU LOUVRE

AMENAGEMENT PARCOURS CARROUSEL DU LOUVRE

Le Projet

Il s’agit tout d’abord de se laisser emporter par le lieu,
99 rue de Rivoli, dans le 1er arrondissement à Paris, sous le jardin des Tuileries, à côté de la Comédie Française, du musée d’Orsay, du Musée du Louvre, sous la place du Carrousel, sous la Pyramide.
Quelques millions de promeneurs...
Le carrousel du Louvre n’est-il qu’une simple galerie commerciale? L’architecture elle-même avait déjà entamé une discussion avec d’autres mondes.Une pyramide de verre avait rendu l’éloquence à des murs de pierre engourdis. Le lieu invite au respect, l’intervention doit éviter le naufrage du conservatisme primaire, ne pas tomber dans les travers d’un progressisme débridé. Les interventions sont ponctuelles, leurs temporalités réduites. Emprunter à la géométrie ciselée du Carrousel pour la forme, à l’aisance ornementale du Louvre pour la matière.
La chute délicate et éphémère de quelques feuilles d’or dans un palais éternel. Nous avons évité la littéralité, mais pour ne pas nous abstraire de la sensibilité du lieu, nous avons puisé le langage dans l’existant.
Les grandes lignes de la composition du Carrousel sont respectées, elles dessinent la trame sur laquelle se greffent les projets. Un échantillonnage précis est effectué pour constituer une écriture. Faces, reflets, lumières et transparence en sont les syntagmes. Chaque objet en tant que forme semble au premier abord non appréhensible, la stratégie opérée lui confère cependant cette curieuse aptitude à s’adapter au lieu.
Le parcours s’effectue dans une transmutation alchimique, la matière, se délitant peu à peu, entièrement subordonnée à la pyramide, le passage de l’or à la lumière.
Le projet oscille entre révérence et provocation, joue avec les paradoxes, mime autant qu’il détourne.
Une intégration exubérante.